Accueil Les billets de Sabine Becker,Non classé Permathérapie – L’intelligence n’est pas toujours ce que l’on croit

Permathérapie – L’intelligence n’est pas toujours ce que l’on croit

Billet 36 – L’intelligence sans amour conduit à la folie !

Avez-vous déjà été impressionnés par des êtres qui vous semblaient détenir une grande intelligence ou posséder de grands talents oratoires au point d’en être des virtuoses ? Avez-vous aussi fait l’expérience ou observé, que parfois, certaines de ces « intelligences supérieures », vous donnent le sentiment d’être rabaissé, dévalorisé, qu’elles portent en elles de la froideur, de la suffisance, de l’aplomb, de la sûreté absolue devant l’expression de l’intelligence qui les habite, accompagnée souvent d’une grande mémoire, usant de nombreuses citations,  et démontrant par a + b, qu’il n’y a pas d’autre choix possible que celui qui vient d’être  exposé si brillamment et habilement !
Que se passe-t-il, pour que nous ressentions, malgré ce trop-plein de mots et de démonstrations, de la tristesse, du vide, un sentiment de mise en échec, un manque indéfinissable ?

A l’inverse, il nous arrive aussi d’être en présence de personnes aussi intelligentes, brillantes, qui nous procurent de l’admiration, de la joie, de la dilatation. Leur présence nous stimule, nous fait grandir, nous donne des idées, nous rend meilleurs et même optimistes et enthousiastes. Pourquoi ces différences ?

A force de me poser la question et de voir la dérive de nos sociétés et des comportements humains, j’en suis venue à conclure que l’intelligence sans amour conduisait à la folie. Pourquoi folie ? Car il y a perte de bon sens, affaiblissement de la vie, destructions horribles, perte des cadres harmonieux, mélange des genres en tout genre. Car il y a un aveuglement total vis-à-vis des forces anti-vie, anti-homme qui se sont mises en action sous le couvert de cette soi-disant intelligence. Peut-on parler alors d’intelligence réelle si elle n’est pas accomplie avec amour ? Avec amour, c’est-à-dire en faisant attention à prendre soin, tout simplement, prendre de soin de Soi, de l’Autre et de la Terre, définition du contenu de la Permathérapie.

Continuons notre réflexion au sujet de l’intelligence sans amour. Ne pourrions-nous pas afin de progresser, donner une définition claire de ce type d’intelligence ? bien que l’intelligence ait déjà fait l’objet de nombreuses études scientifiques, philosophiques, techniques ou psychiques et qu’on en parle depuis la nuit des temps…
Essayons de la définir : l’intelligence sans amour peut être considérée comme des habiletés mentales ; ou encore comme des techniques psychiques de manipulation ; elle se manifeste en montrant une adaptation à, ou constitue le reflet de notre matrice existentielle (dont on ne connaît pas grand-chose finalement), elle s’y conforme et la reproduit, alors qu’elle n’est pas représentative de la réalité. Certes cela nous fait faire des périphrases mais ce n’est pas grave car au moins, il devient explicite que l’intelligence sans amour revient à une technique mentale habile voire rusée, qui n’est pas intelligence dans le sens qu’elle ne respecte pas la nature et ses différents règnes. Finalement, elle n’est pas réellement créative mais plutôt imitative à la perfection. Très souvent subjective, duale et réactive. Dans le billet 35, en lien ici, je montre comment à l’époque d’après-guerre, des techniciens, ingénieurs et officiers de marine, ont mis toute leur intelligence pour noyer des tonnes et des tonnes de munitions chimiques dans les mers ! Ils ont su l’accomplir, prévoir des protocoles etc … Etait-ce intelligent ? Oui sur le plan technique, ce fut bien rodé, non, pas du tout quant à sa finalité !

C’est là que la créativité accomplie avec amour change tout. En effet, celle-ci va nous faire nous poser la question préalable de la finalité de notre création, du sens, de l’objectif poursuivi au service de qui ou de quoi : pour le bien d’autrui, de la vie, de la Terre, de la nature, des animaux, des enfants, des personnes fragiles, de l’eau, de l’air, des écosystèmes, des humains ?  Cela paraît évident non ? Et pourtant, il s’avère que des myriades de personnes combinent leurs intelligentes pour obtenir l’inverse. Comment est-ce possible, comment deux catégories d’êtres peuvent cohabiter sur une même planète avec des objectifs diamétralement opposés ?

L’intelligence au service de quoi ? Je vous invite à toujours vous poser cette question préalablement. Au service de quoi, de quel but ? Pour servir le petit soi, ou le bien  commun ? la vie dans toute sa beauté ? ou des chimères illusoires dévastatrices auxquelles nous obéissons, à l’image de ce champignon qui nous illusionne totalement.

Il existe indéniablement une faiblesse en l’homme, celle de se laisser asservir, manipuler, tromper et de n’y voir que du feu, par ces formes « d’intelligences » sans amour, car celles-ci peuvent se parer de leurs plus beaux atours : la morale, l’efficience, l’art, la rentabilité, la technologie, le progrès, mais aussi le mysticisme, la défense des droits de l’homme, de la nature, de la liberté, du territoire… et bien d’autres. Les pièges sont grands et trompeurs. Alors qu’elle posture personnelle adoptée dans tout ce fatras ?

Encore une fois voir, observer, discerner, s’informer judicieusement, travailler sur soi, aller à la rencontre de qui nous-sommes, ne pas se laisser embarquer par la mode, les mouvements sociaux de tout ordre, aller à contre-courant même si cela peut sembler difficile car nous croyons nous mettre au ban de la société. Se débrancher des histoires sans fins, des romans fleuves dirons-nous, de toutes sortes.

Rester centré, conscient, intelligent, dans l’état d’amour dépassionné, désencombré, c’est-à-dire le plus pur possible, pour lequel on aura réussi à éliminer la jalousie, l’attachement, la frustration, l’envie, le désir, le vouloir pour l’autre, la peur de perdre et de manquer.

Être en paix en soi malgré ce monde de misère révoltant, montrera que l’on aura atteint un seuil, celui de la connexion avec sa dimension supérieure, celle qui sait, qui est réellement intelligente, aimante et volontaire.

Alors entraînons-nous à faire preuve d’intelligence et d’amour, et observons les résultats.

Sabine Becker
Le 7 mars 2020

Crédit photo : Sabine Becker.
L’amanite tue mouche. Elle est l’image d’Épinal des champignons dans les livres pour enfants et autres bandes dessinées. Bien qu’il soit tout joli, il est toxique pouvant provoquer de graves troubles gastro-intestinaux et neurologiques. En effet, l’acide iboténique est un hypno-sédatif et le muscimole, une substance hallucinogène. Ainsi, comme ceux qui pratique l’intelligence sans amour, ils nous endorment et nous conduisent dans l’illusion et la souffrance. (Photo Sabine Becker)

Share

2 thoughts on “Permathérapie – L’intelligence n’est pas toujours ce que l’on croit

  1. Coucou, c’est le billet 36 une mini coquille. Intelligence et amour,j’aimerais que ce soient nos valeurs partagées par de plus en plus de personnes. La toxicité qui nous entoure drapée dans ses faux semblants demande un travail sur soi de tous les jours auquel l’éducation qui nous est transmise ne nous a pas donné les clefs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils