Accueil L’autonomie alimentaire des villes Le projet d’autonomie alimentaire à Saint-Pierre-et-Miquelon félicité par l’État.

Le projet d’autonomie alimentaire à Saint-Pierre-et-Miquelon félicité par l’État.

Voici ce qu’écrit Morgane Detcheverry, animatrice de l’association France Nature Environnement de Saint-Pierre-et-Miquelon dont la Présidente nous avait invités pendant 10 jours en octobre dernier, pour promouvoir l’autonomie alimentaire (même en région froide et oui !) et la permathérapie.

“L’appel à projets 2016-2017 du Programme National de l’Alimentation, lancé le 30 septembre 2016, va permettre de soutenir 47 projets exemplaires sur plus de 400 projets proposés et/ou démultipliables qui s’inscrivent dans les quatre axes prioritaires de la politique publique de l’alimentation, tels que définis dans la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt : la justice sociale, l’éducation alimentaire de la jeunesse, la lutte contre le gaspillage alimentaire et l’ancrage territorial.

Notre projet «France Nature Environnement Saint Pierre et Miquelon – Terre d’avenir» vise à atteindre l’autonomie alimentaire via une démarche participative multi-acteurs autour de l’agriculture urbaine de 3ème génération en mode open source, la permaculture et la permathérapie. Il s’agit notamment de mettre en place des actions d’éducation à l’alimentation et à l’environnement et de mettre en valeur le patrimoine alimentaire de l’archipel.

La création de projets au sein des écoles, l’organisation d’un festival autour de l’alimentation saine et nutritive, la mise en place d’une “green route” avec des bacs en nourriture à partager ou encore l’installation de nouveaux outils tels qu’un key hole avec une serre géodésique sont prévus.

Les objectifs sont, l’éducation des jeunes et du grand public à la bonne alimentation et à la production de légumes tout en restaurant la biodiversité. Une participation citoyenne créatrice de liens et un développement de l’économie locale. La finalité du projet entraîne la lutte contre le gaspillage alimentaire avec l’utilisation de compost, un ancrage territorial et une mise en valeur du patrimoine alimentaire de l’archipel. La cible du projet est intergénérationnelle et touche tous les milieux. Ce projet a également un volet économique et permettra de développer un tourisme écologique et innovant.

SPM Terre d’Avenir, c’est quoi ?

Une Terre d’Avenir, c’est une terre vivante, en capacité de nourrir ses enfants et de les maintenir en bonne santé. Pour cela, il y a trois exigences, prendre soin de soi, prendre soin de l’autre et prendre soin du sol, tout en préservant et en restaurant la biodiversité sur l’archipel. Cela implique une nourriture locale saine.

Ce projet s’oriente vers une préservation et une restauration de la biodiversité, une responsabilisation de chacun et une redynamisation du lien social.”

Cette démarche est reconnue par l’État donc validée et ainsi susceptible d’être reproduite sur d’autres territoires. La voie est donc ouverte et ne nous en privons pas.

Autonomie alimentaire et permathérapie : de beaux cercles vertueux en perspective, de quoi nous redonner le sourire !

Photo : Morgane et François plantent de l’ail dans le jardin collectif de St Pierre en octobre 2016.

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *