Accueil Le blog de François Rouillay En route pour l’autonomie alimentaire : on se prépare (2)

En route pour l’autonomie alimentaire : on se prépare (2)

À quelle autonomie alimentaire pouvons-nous aspirer quand on s’engage sur la voie de la relocalisation de la production de notre nourriture dans le respect de la santé et de l’environnement ? En quoi l’autonomie alimentaire est-elle à ma portée, quelque soit mes moyens d’actions ? Comment vais-je m’y prendre face à un sujet aussi vaste que celui d’assurer mon approvisionnement en nourriture ainsi que celui de ma famille tout au long de l’année ?

Ces questions fondamentales méritent d’être posées d’emblée car elles sont directement reliées et intriquées dans la dynamique de notre cheminement progressif sur la voie du retour à l’autonomie alimentaire. Durant cette période préparatoire de trois mois, nous allons aborder et approfondir toutes les facettes de ces sujets de sorte à pouvoir vous positionner et agir en comprenant le rôle que vous pouvez jouer dans la dynamique individuelle et collective. À mesure que nous progresserons, vous comprendrez de manière simple en quoi l’autonomie alimentaire est l’affaire de tous, en quoi elle s’apprend et en quoi elle s’organise. Nous allons procéder pas à pas pour bâtir ensemble une vision claire permettant de définir un cap, une direction à suivre comme lorsque vous êtes en bateau. Si vous vous rendez d’un continent à un autre par la traversée d’un océan, il vous faut un cap. Et qui plus est, si nous sommes plusieurs à embarquer dans le même navire, grâce à ce cap nous irons tous à la même destination. Ainsi nous devenons responsables de notre devenir, individuellement et collectivement. Nous reviendrons sur la posture intérieure nécessaire à avoir pour devenir responsables de notre alimentation. C’est vous qui décidez ce que vous acceptez ou pas de mettre dans votre bouche pour vous nourrir. Ou bien vous décidez d’être responsable et dans ce cas cela devient votre affaire et vous avez la main pour le faire puisque vous êtes responsable, ou bien cela ne vous concerne pas et vous acceptez de mettre n’importe quoi dans votre bouche sans savoir d’où provient votre nourriture ni comment elle a été produite. Que décidez-vous de choisir ? Sachez bien que lorsque l’on vit conscient, à chaque instant nous sommes les créateurs de la direction de chaque instant de notre vie.

Ce travail conscient de la connaissance de qui nous sommes en tant que créateur de notre réalité porte un nom. Sabine Becker, qui va nous accompagner tout au long de notre étape préparatoire ainsi que de l’étape suivante, appelle cela “la noble tâche” du travail sur soi : apprendre qui nous sommes et comment nous fonctionnons. Vous pouvez noter dans votre cahier la clé de progression pour réaliser ce travail, elle comprend trois points : 1) s’informer ; 2) observer et 3) pratiquer. Si vous reliez ces trois points comme les trois pâles d’une hélice, alors vous pourrez faire avancer le navire de votre vie de manière puissante et harmonieuse. Nous reviendrons dans les prochaines étapes sur ce sujet fondamental en faisant appel à Sabine pour nous apporter un éclairage approfondi en la matière car, comme nous le verrons, l’autonomie alimentaire répond d’abord à un état de conscience. Il s’agit d’abord d’un état d’être, du résultat d’une posture intérieure. Et à une échelle plus large, on verra à quel point c’est l’état de conscience qui dessine nos territoires.

À présent, avant de poursuivre, je vous invite à relire les points abordés dans la présentation précédente (1) et de noter dans votre cahier les informations qui font sens pour vous. Vous pouvez aussi tracer un trait vertical aux deux tiers de votre page. Sur la partie large, à gauche, vous noter les enseignements, les idées que vous retenez dans la progression. Et sur la partie de droite, plus étroite, vous notez les questions qui vous viennent à l’esprit et pour lesquelles vous allez focaliser votre attention à mesure de nos travaux pour y apporter des réponses. Et puis, si vous avez une question qui vous bloque et demande un éclairage particulier, alors vous pouvez la poser aux autres participants au sein du groupe Facebook du guide de l’autonomie alimentaire EN LIEN ICI.

Enfin, pour vous illustrer les perspectives de la démarche individuelle qui s’ouvre à nous avec le retour à l’autonomie alimentaire, je vous invite à visionner le film du jardin pilote d’Appietto qui accompagne notre programme pédagogique. Ce jardin pilote a été réalisé en mode collectif, éducatif et participatif sous l’impulsion de Fabien Tournan à partir d’une vision commune partagée dont Edgar Morin a été partie prenante. Voici le film…

Bon visionnage et revenez-nous avec vos notes et commentaires, vos questions et contributions au sein du groupe Facebook dédié à notre programme pédagogique “En route pour l’autonomie alimentaire”. Vous pouvez aussi poster vos commentaires en bas de page.

Merci pour votre attention et à la prochaine.

Bien amicalement

François Rouillay

 

Share

5 thoughts on “En route pour l’autonomie alimentaire : on se prépare (2)

  1. Merci !
    Merveilleuse réalisation durable !
    Pouvez-vous me dire combien de personnes ont participé à la mise en place du projet du site de l’ancienne carrière (bénévoles, salariés) ? Combien de personnes contribuent à sa pérennisation ?
    Comment les pouvoirs publiques interviennent-ils pour soutenir la réalisation? Mise en place ? aide au financement ? intégration et reconnaissance dans des réseaux régionaux, nationaux,…?

  2. Merci pour ce partage très intéressant et enrichissant !

    Cette année je vais essayer de faire un petit potager comme je peux dans mon jardin, je pars de nul part, je sens que ça va être folklorique mais j’espère réussir à obtenir quelques résultats sympathiques 🙂 Et ensuite, peut-être que je pourrai participer au développement d’une telle structure dans ma petite ville normande.

    Au plaisir de vous lire à nouveau !

    1. Bonjour Kévin, Faites-le. Commencez et n’ayez pas peur de vous tromper, lorsque l’on plante une graine dans le sol, elle vous en rend 100 fois plus ! :). Il y a plusieurs groupes facebook d’autonomie alimentaire, par région et par thèmes. Allez chercher dans le site vous les trouverez. Posez vos questions, les autres vous répondrons.

  3. Bonjour,
    je découvre votre site, c’est formidable!!! çà fait plusieurs années que notre famille a grandement gagné en autonomie alimentaire, en produisant une très grande partie de notre alimentation mais également à s’appuyant sur un réseau local pour compléter ce que l’on ne sait ou ne peut pas produire nous même.
    la différence entre les projets que vous présentez et notre situation est que nous vivons à la campagne donc nous avons moins de contraintes d’espaces. ceci étant, le travail sur l’autonomie alimentaire à la campagne est également colossale, peu de personnes vivant à la campagne sont aujourd’hui autonome. Leur mode de vie est en réalité urbain…
    bon courage, en espérant que nous pourrons échanger et travailler ensemble!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *